Coup de coeur portugais.

Coup de coeur portugais.

Criques désertes, falaises spectaculaires, mer calme et transparente, plages de sable interminables… Ok. Je voulais être certaine de capter ton attention dès les premières lignes.

Lagos. Mon coup de cœur Portugais.


Malgré le fait qu’il me reste encore de nombreux endroits où déposer mes pieds, je lui accorde tout de même l’honneur d’être nommé « Mon coup de cœur Portugais ». (J’ai failli dire de l’Europe de l’Est, mais j’ai repensé au Cinque-Terre, Capri et la Côte Amalfitaine en Italie. J’étais confuse.) On reste dans le standard.

L’Algarve, au sud du Portugal est bordée au sud-ouest par l’océan Atlantique et partage sa frontière de l’Est avec l’Andalousie espagnole. Cette région compte effectivement parmi ses richesses, les côtes de Lagos, qui voient s’alterner baies désertes, falaises étonnantes, une mer calme et transparente ainsi que d’interminables plages de sable. On y pratique tous les sports nautiques imaginables… Vous imaginez?

Jour 1 : on arrivait de Séville, en Espagne quand a on a posé les pieds à Lagos, en fin d’avant-midi. Un peu déboussolés et endormis par le Gravol, on venait de faire une ride d’autobus qui a duré près de 4 heures. On a trouvé refuge au cœur de la vieille ville, encore entourée de remparts : une ambiance tout simplement charmante! Dès les premières heures, on a compris que nous avions effectivement changé de pays! Il n’est pas question de placer un mot espagnol au Portugal. On devra alors faire un p’tit back wash du dernier guide lexical qu’on venait d’apprendre. Après un repas copieux et une rapide découverte des lieux, on fait nos plans pour le lendemain…

Jour 2 : Ready or not, on va faire du vélo de montagne sur les falaises escarpées des côtes de l’Atlantique. Let’s go ma peanut! Moi qui a le vertige aussi bas qu’un immeuble de 2 étages et demi, je faisais du bécyk de montagne (pas de casque!) avec SuperMan pour qui les jumps et les crevasses se passaient en 2 ou 3 simples stepettes. Je l’avoue, j’ai mis quelques minutes à être à l’aise sur mes pédales. MAIS! Je peux vous jurer que j’ai passé une des journées les plus folles de mon voyage. Quand les sentiments et les émotions se chamaillent. Le décor est plus que magnifique, la piste est doublement impressionnante et la température ne pourrait pas être meilleure. Le petit vent qui caresse les rayons chauds sur mes épaules fraîchement dénudées est généreux pour un mois d’avril!  Les gens que l’on rencontre semblent tous aussi zens et enchantés que nous. C’est l’apogée du bonheur! On s’est rendu jusqu’à Luz, où la plage était plus touristique et propice à la baignade pour les plus courageux (ou les reptiles au sang froid!) Bref, c’était frette en titi pour les orteils!

Jour 3 : Après les falaises vues « d’en haut », c’était un devoir de parcourir la côte « d’en bas ». Le kayak était tout indiqué pour visiter les plages désertes et les grottes littorales formées dans les rochers gréseux. Une autre journée magique! Moi qui n’aime pas particulièrement cette discipline, j’y ai pris tout un plaisir. On dirait qu’à Lagos, tout est beaucoup plus agréable! Aweille, aweille pagaye, pagaye ! :D

Non mais c’est tu pas beau, ça? Pis ça, ben c’est la nature. Pis c’est gratuit. Fin de la parenthèse. 

Jour 4 : C’est ainsi que nous avons quitté la ville, très tôt le lendemain matin. Non pas par désir, mais par nécessité d’avancer tout au long de l’itinéraire. Je garde un admirable souvenir de ces deux activités qui sont un MUST pour cette destination. Et c’était pour nous un p’tit congé des visites historiques des Centre-ville européens…